Investir dans les obligations : La méthode pas à pas

Investir dans les obligationsDans cet article, je vais vous dévoiler une méthode pas à pas pour investir dans les obligations :

Pour une entreprise ou un État qui a besoin de financement, il y a deux solutions :

  • Soit elle fait appel aux banques et dans ce cas, c’est la banque qui fixe le taux d’intérêt, la durée et le montant de l’emprunt ;
  • Soit elle émet des obligations en fixant elle-même le taux d’intérêt, la durée et le montant de l’emprunt.

Acheter des obligations revient à mettre à disposition votre argent (pour une entreprise ou un État) en échange d’une rémunération appelée coupon obligataire.

Au terme de l’obligation, vous récupérez l’intégralité de votre capital et recevez également les intérêts.

Investir dans les obligations d’État ou d’entreprises ?

D’une manière générale, ce sont soit les États qui émettent des obligations, soit les entreprises du secteur privée :

  • Une État peut émettre une obligation dans sa propre devise, par exemple la France émet une obligation en euro, on parle d’emprunt d’État (et non plus d’obligation, même si le principe reste le même).
  • Un État peut émettre une obligation dans une autre devise, par exemple la France émet une obligation en dollar, on parle d’obligation souveraine.
  • A la frontière entre l’État et les entreprises, certaines entreprises publiques ou collectivités locales peuvent émettre des obligations, on parle d’obligation du secteur public.
  • Enfin, les entreprises du secteur privée, les associations peuvent émettre des obligations appelées obligations corporatives.
Investir dans les obligations

Une obligation de 500 francs

Investir dans les obligations : Les options

Les obligations peuvent être parfois dotées d’options :

  • Le remboursement anticipé à certaines dates au gré de l’émetteur (la durée de l’obligation est raccourcie)
  • La prorogation de durée de l’obligation à l’échéance (la durée de l’obligation est rallongée)

Les obligations peuvent également être dotées d’option d’échange :

  • Obligation convertible en actions : L’obligation offre la possibilité au porteur de l’obligation de l’échanger contre une action de l’entreprise émettrice.
  • Obligation remboursable en actions à parité ajustable : L’obligation sera (ce n’est pas une option) échangée contre une action, cependant la parité d’échange varie au court du temps.

Investir dans les obligations : Le taux d’intérêt

Une obligation est définie par une durée et un taux d’intérêt. Il existe trois taux d’intérêt pour les obligations :

  • Le taux fixe
  • Le taux variable
  • Le taux nul

Les obligations à taux fixe

C’est la forme d’obligation la plus courante : Le taux d’intérêt est fixe et est connu à l’avance. Par exemple, le taux d’intérêt peut être de 3%. Tous les ans vous recevrez 3% du montant souscrit.

Les obligations à taux variable

Contrairement au taux fixe, le taux variable n’est pas connu à l’avance. Les obligations à taux variable sont en fait des obligations à taux fixe indexées sur un autre taux : Taux de la BCE, inflation, etc…

Exemple : Taux basé sur l’inflation + 2%. Si l’inflation est de 1%, votre taux réel sera de 3%. Si l’inflation est de 2%, votre taux réel sera de 4%.

Bien entendu, ce taux sera révisé pendant toute la durée de l’obligation et votre rémunération pourra varier entre le début et la fin de l’obligation.

Les obligations à taux nul

Les obligations à taux nul, également appelées « zéro-coupon » ne donnent pas droit au détachement d’un coupon. L’obligation est achetée à un prix inférieur à sa valeur fasciés.

Exemple : Vous achetez une obligation de 1000€ pour 800€. Au bout de 10 ans, vous recevez 1000€ mais sur toute la période, vous n’avez pas reçu d’intérêts. Les coupons sont capitalisés, et versés dans leur intégralité à l’échéance de l’obligation.

Investir dans les obligations : Le mode de remboursement

Le versement des intérêts est souvent annuel. Cependant le remboursement du capital lui, peut varier. Il existe trois types de remboursement pour les obligations :

  • Une seule fois à l’échéance (in fine)
  • Par tranches,
  • Jamais (obligation perpétuelle)

Le remboursement in fine

Le remboursement in fine consiste à ne payer, sur la durée de l’obligation, que les intérêts. La totalité du capital est remboursé en une seule fois, à l’échéance.

Le remboursement par tranches

Le remboursement par tranches consiste à rembourser l’obligation (hors intérêt) par tranches constantes : Une tranche par an, une tranche par trimestre, une tranche par mois, etc… Le découpage est défini au moment de l’émission de l’obligation.

L’obligation perpétuelle

L’obligation peut être émise sans échéance fixe. L’émetteur est donc tenu au paiement annuel des intérêts obligataires.

Investir dans les obligations : Évaluer le risque

Je l’ai dit : Acheter une obligation revient à prêter son argent à l’émetteur de l’obligation. Le risque principal d’une obligation est donc le défaut de paiement de l’émetteur.

Les États sont considérés comme les émetteurs les plus sûrs tandis que les entreprises privées sont considérées comme plus risquées.

Des sociétés extérieures, appelées « agence de notations » émettent un avis sur la capacité de l’émetteur à rembourser ses obligations. Ces agences s’appellent Standard & Poor’s (S&P), Moody’s, Fitch,…

DGR

Ces notations reposent sur une évaluation de la solidité financière de l’émetteur d’une obligation, ce qui constitue un bon point de départ pour déterminer la solvabilité d’un investissement potentiel en obligation.

Chaque agence a un système de notation différent mais d’une manière générale :

  • Une note « AAA » signifie une excellente solidité financière ;
  • Une note « D » signifie un risque très élevé de défaut de paiement.

Vous l’aurez compris : L’objectif est de trouver des obligations notées « AAA » avec une rémunération très élevée !

Investir dans les obligations : Avantages

Le premier avantage des obligations est le revenu fixe. En effet, si vous investissez 10 000€ dans une obligation rémunérée 5% pendant 10 ans, vous toucherez, tous les ans 500€ pendant 10 ans. Pas de spéculations, pas de bonnes ou de mauvaises surprises : Les règles du jeu sont connues à l’avance.

Les obligations ont également l’avantage d’offrir une forme de diversification. D’un point de vue historique, les rendements des actions et des obligations évoluent dans le sens contraire. Quand les actions offrent de faibles rendements, les obligations offrent de forts rendements et inversement. Investir dans les obligations peut donc être intéressant en cas de crise sur le marché des actions.

Un autre avantage des obligations est l’effet « protecteur ». En effet, en cas de crise économique par exemple, le revenu des obligations reste le même ce qui n’est pas forcément le cas des actions versant des dividendes.

Certains types d’obligations permettent également de se protéger de l’inflation en indexant leur coupon par rapport à l’inflation. Par exemple, inflation +3%.

Investir dans les obligations : Inconvénients

Pour l’acquéreur d’obligations, le risque principal est bien entendu la faillite de l’état ou de l’entreprise qui émet l’obligation. Les obligations d’État sont naturellement moins risquées que les obligations d’entreprises privées. D’une manière générale, plus le taux est élevé et plus le risque est fort.

Vous encourez également le risque de voir votre obligation, dans certains cas, remboursée avant la fin de l’échéance. L’émetteur a la possibilité de rembourser l’obligation « par anticipation ». Votre capital est intégralement remboursé, ainsi que les intérêts dus jusqu’à la date de remboursement anticipé. Cet inconvénient peut néanmoins se transformer en avantage si vous arrivez à trouver une nouvelle obligation mieux rémunérée et moins risquée.

Pendant toute la période de l’obligation, le taux reste fixe. Cependant, l’inflation, elle peut grimper faisant ainsi diminuer le rendement réelle de votre obligation voire le rendre négatif si l’inflation dépasse le rendement de votre obligation. Toutefois, il existe des obligations dont le rendement est indexé sur l’inflation, transformant cet inconvénient en avantage.

Investir dans les obligations : Comment choisir ses obligations ?

Comme toutes formes d’investissement, le choix de vos obligations dépendra de votre profil :

  • Souhaitez-vous prendre des risques et obtenir un retour sur un investissement plus élevé ?
  • Souhaitez-vous préservez votre capital à tout prix ?

Si vous vous reconnaissez dans le premier profil, essayez de chercher des obligations notées B ou C avec un rendement important.

Si vous vous retrouvez dans le second profil, privilégiez les obligations notées « AAA » dont le rendement dépasse légèrement l’inflation.

Investir dans les obligations : La méthode pas à pas

Après avoir vu la partie pratique, nous allons rentrer dans le vif du sujet.

Le principal opérateur de la zone euro s’appelle Euronext. Vous pouvez retrouver la totalité des obligations négociés en Europe à cette adresse : https://www.euronext.com/fr/bonds/directory

Par défaut, les obligations sont classées par ordre alphabétique, ce qui n’est pas forcément très intéressant. Vous remarquerez également que le tableau n’est pas très pratique puisque l’on ne peut pas trier les données.

D’une manière générale, sauf si vous êtes un « pro » des obligations, je vous conseille plutôt de passer par le lien suivant : http://www.boursedeparis.fr/obligations-les-plus-traitees

Ce double tableau regroupe :

  • Les 50 obligations les plus achetées en France
  • Les 50 obligations les plus vendues en France

Prenons, dans le tableau, une obligation au hasard :

Investir dans les obligationsVoici, pour l’exemple, à quoi correspondent les colonnes :

  • FR0012600872 : C’est le code ISIN de l’obligation, son code barre en quelque sorte.
  • AGROGOSRANE8%MAR19 : C’est le nom de l’obligation. Les noms des obligations sont souvent divisés en trois parties : La première partie est le nom (AGROGOSRANE), la deuxième est le taux (8%) et la troisième l’échéance (Mars 2019)
  • AGROGENERATION : C’est le nom de la société émettrice.
  • 8% : C’est le taux du coupon obligataire.
  • 31/03/2019 : C’est l’échéance de l’obligation.
  • 12 : C’est le nombre d’ordres de bourse passés sur la période donnée (ici du 10/08/2015 au 14/08/2015)
  • 28364.05 €: C’est le montant total des ordres pour la même période.

Avant d’investir dans une obligation, vous devez savoir que les sociétés émettrices ont l’obligation de rédiger un prospectus d’information à faire valider par l’Agence des Marchés Financiers.

Tapez le code ISIN de l’obligation + AMF pour le trouver dans Google :

Investir dans les obligationsCe fichier, souvent au format pdf, est très intéressant. Vous y trouverez des informations sur l’entreprise, les risques liés à l’obligation et surtout une partie réservée à la notation.

A noter que pour l’obligation choisie en exemple, la société émettrice n’a pas fait de demande de notation.

Je vous invite à lire très attentivement ce document pour bien comprendre les tenants et les aboutissants de votre futur investissement.

Je le répète encore une fois :

  • Plus le taux d’intérêt est élevé, plus l’obligation est risquée
  • Plus le taux d’intérêt est faible, moins l’obligation est risquée

A vous de trouver un juste milieu entre risque et rendement avant d’investir dans les obligations.

2 comments on “Investir dans les obligations : La méthode pas à pas

  1. Nathalie dit :

    Bonjour Nicolas,
    J’ai lu sur un autre blog que lors de la diversification de ses investissements, il est préférable d’allouer le pourcentage destiné aux obligations à une assurance vie. Est-ce judicieux selon toi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *